• ON COMPTE SUR VOUS!

    ON COMPTE SUR VOUS!

  • août 2019
    L Ma Me J V S D
    « jan    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • UN GRAND MERCI A TOUS !!

    MERCI pour votre participation à "Un Grand Chelem Pour la Vie"! N'hésitez pas à nous laisser un petit mot sur notre livre d'or.

Infos médicales

LE SANG C’EST QUOI? 

Les composants du sang

     Le sang circule dans les vaisseaux à travers tout l’organisme, où il joue un rôle essentiel : nutrition, respiration, régulation, défense… C’est un tissu vivant, composé de cellules qui baignent dans un liquide, le plasma. Le volume de la masse sanguine est d’environ 5 litres pour un adulte mais varie selon son sexe, son poids et sa taille. Trois types de cellules coexistent dans le sang : les globules rouges, les globules blancs, et les plaquettes.   

Les globules rouges

     Leur rôle est de transporter l’oxygène des poumons vers les tissus et, en retour, de capter le gaz carbonique au niveau des tissus afin de l’éliminer par les voies respiratoires. Ces cellules, également appelées érythrocytes ou hématies, sont les plus nombreuses dans le sang : leur concentration est de l’ordre de 5 millions par millimètre cube. Un manque de globules rouges se traduit physiquement par une forte fatigue, voire des essoufflements. On parle alors d’anémie.

Les globules blancs

     Egalement appelés leucocytes, les globules blancs jouent un rôle dans la défense de l’organisme contre les agressions extérieures (bactéries, virus, cellules étrangères, etc.). A la suite d’un don de sang, pendant la phase dite de préparation des produits sanguins, les globules blancs sont filtrés (on parle alors de déleucocytation).

Les plaquettes

     Les plaquettes sont des cellules qui interviennent pour prévenir ou stopper les hémorragies. Dans certains cas, le patient peut manquer de plaquettes, en particulier s’il souffre de leucémie ou s’il est en chimiothérapie. La transfusion de plaquettes peut également être nécessaire lors de certaines interventions chirurgicales lourdes. Chaque jour, 1 000 dons de plaquettes sont nécessaires.

Le plasma

     Ce composant représente à lui seul 55 % du volume sanguin. Il est composé à 90 % d’eau chargée de sels. Il est également très riche en protéines, notamment en albumine, qui contribue au transport des fluides au sein de l’organisme. Des transfusions d’albumine sont indiquées dans le cas d’insuffisance rénale et hépatique.  En France, le plasma permet de soigner et de sauver plus de 500 000 personnes par an. Mais les besoins de ce composant sanguin augmentent fortement chaque année. Les besoins en plasma thérapeutique connaissent une hausse régulière de 5% par an. Les besoins en médicaments dérivés du plasma augmentent, eux, de 9 à 10% par an.

Les maladies du sang

     On dénombre plus de quatre-vingts maladies du sang (ou hémopathies), réparties selon deux catégories : les maladies cancéreuses, et les maladies héréditaires graves. Les produits sanguins demeurent indispensables à leur traitement. Chaque année, un million de malades sont ainsi soignés par des produits sanguins, par transfusion ou par médicaments dérivés du sang.

     Les maladies cancéreuses les plus répandues sont les leucémies myéloïdes et lymphoïdes, les lymphomes et les myélomes.

Les besoins

     Les besoins en produits sanguins ont augmenté de 21% depuis 2005. La France a besoin de plus de 8 000 dons du sang par jour.

LE DON

Quelles sont les différentes formes de dons?

     Le don de sang total est la forme de don la plus courante. Il permet de prélever en même temps tous les composants du sang.

     Le don en aphérèse est moins connu. Il permet de ne prélever qu’un seul composant sanguin au moyen d’un séparateur de cellules, les autres étant restitués au donneur au fur et à mesure du don. Il est également possible de prélever 2 composants simultanément, on parle alors de don combiné ou d’aphérèse combinée. Le don en aphérèse offre l’avantage de prélever en plus grande quantité le composant dont les malades ont besoin. Il est un peu plus long que le don de sang total mais il est moins fatiguant. Toutefois, ce type de don est en général proposé aux donneurs qui ont déjà une expérience du don de sang. Les donneurs ont ainsi la possibilité d’alterner don de sang total et don en aphérèse.

Comment donner?

Son sang:

     Le don de sang dit « total » est le don le plus courant. Après le prélèvement, les trois principaux composants sanguins (plaquettes, plasma et globules rouges) sont séparés.

     Il faut savoir que chaque année 500 000 personnes bénéficient d’une transfusion sanguine.

     On prélève entre 400 et 500 ml de sang, en fonction du volume sanguin du donneur. Une femme peut donner son sang 4 fois par an, un homme 6 fois, en respectant un délai d’au moins 8 semaines entre chaque don. Les donneurs de groupe O, dits « donneurs universels », sont particulièrement recherchés car leur sang peut être transfusé à un très grand nombre de patients.

     Pour pouvoir donner son sang, il faut être âgé de 18 à 70 ans (les dons de personnes de plus de 65 ans sont soumis à l’appréciation d’un médecin d’établissement pour chaque don), être en bonne santé, peser plus de 50 kg.

     Il n’est pas nécessaire d’être à jeun pour donner son sang, il faut au contraire avoir consommé un repas léger.

     Le déroulement:

1 – L’inscription

     Cette première étape est incontournable. Elle permet de recueillir les renseignements nécessaires pour constituer le dossier du donneur. Pour un premier Don, il faut se munir d’une pièce d’identité.

2 – L’entretien médical

     Avant de faire ce don, vous aurez un entretien avec un médecin pour savoir si ce don n’aura pas d’incidence sur votre santé ni sur les malades qui recevront ce sang. Les questions que vous posera ce médecin resteront, bien sûr, confidentielles.

3 – Le prélèvement

     L’infirmière (ou l’infirmier) prélève quelques tubes échantillons sur lesquels seront effectués les analyses. Le don peut alors commencer…

4 – La collation

     Après votre don, vous restez sous l’œil vigilant des infirmières. Une collation vous est offerte avant de quitter le lieu de collecte.

Ses plaquettes 

     Lorsque la maladie (leucémie, aplasie médullaire) ou les traitements lourds (chimiothérapie, radiothérapie) empêchent la fabrication de cellules sanguines par la moelle osseuse, le malade est dit en aplasie. La transfusion régulière de plaquettes permet alors d’éviter les risques d’hémorragies mettant en jeu la vie des malades.

Comment ça se passe?

     Le sang prélevé est séparé en ses différents composants. Les plaquettes sont alors collectées dans une poche pouvant contenir jusqu’à 650 ml, soit environ 6 fois plus que lors d’un don de sang total. Ainsi, un seul don permet de répondre aux besoins d’un malade ! Les plaquettes ne se conservent que 5 jours : pour faire face aux besoins, des dons réguliers sont donc indispensables. On peut donner ses plaquettes jusqu’à 12 fois par an, en respectant un intervalle  d’au moins 4 semaines, et ce, de 18 à 65 ans.

Son plasma:

     Pour donner son plasma, deux possibilités:

- Faire un don de sang (total). A l’issue du don, le plasma est recueilli, après une séparation des différents composants (globules rouges, plasma, plaquettes) par centrifugation.

- Faire un don de plasma (en aphérèse). Il s’effectue sur rendez-vous et dure entre 45 et 60 minutes. De votre arrivée à la collecte à votre départ, prévoyez environ 1h30. Ce don permet de recueillir une quantité plus importante de plasma.

     Les immunoglobulines sont une autre famille de protéines plasmatiques, indispensables dans la lutte contre les agents infectieux. Elles permettent de prévenir et de lutter contre des maladies telles que le tétanos, les hépatites ou la rubéole. Le plasma contient également des facteurs de coagulation (ou anti-hémophiliques). Un déficit héréditaire de ces protéines peut provoquer des hémorragies graves (comme chez les hémophiles A et B).

     Le donneur doit être âgé de 18 à 65 ans; il peut donner jusqu’à 24 fois par an. 

LA MOELLE OSSEUSE

     La moelle osseuse a un rôle vital dans le fonctionnement du corps humain; c’est une « usine » dans laquelle sont fabriqués tous les éléments cellulaires du sang. C’est là leur lieu de naissance, de multiplication et de maturation. La moelle osseuse est contenue au centre des os longs, comme l’humérus dans le bras, et des os plats, comme l’os iliaque dans le bassin.

     La moelle produit:

• Les globules rouges qui transportent l’oxygène,

• Les globules blancs qui protègent des infections,

• Les plaquettes qui arrêtent les saignements.

     Il ne faut pas la confondre avec la moelle épinière, qui appartient au système nerveux.

Qu’est-ce qu’une greffe de moelle osseuse?

     Lorsque la moelle osseuse d’un malade fonctionne de façon anormale et ne produit plus de cellules souches hématopoïétiques, une greffe de moelle osseuse est indiquée. En fonction du malade et de sa pathologie, 2 types de greffe peuvent être pratiqués:

• soit une autogreffe, utilisant la propre moelle osseuse du malade. Le donneur est le sujet qui va recevoir la greffe.

• soit une allogreffe (ou greffe allogénique) qui permet de remplacer la moelle osseuse malade par une moelle osseuse saine prélevée chez un donneur compatible (familial ou non-familial) et d’utiliser le système immunitaire du donneur sain pour lutter contre la maladie du receveur.

Comment donner sa moelle?

     Pour devenir donneur, il faut tout d’abord être en bonne santé et être âgé de 18 à 51 ans. Une fois inscrit sur le registre, on y reste jusqu’à l’âge de 60 ans révolus. Le don est anonyme, volontaire et gratuit. Un événement déclencheur est souvent à l’origine de cette belle démarche. La moelle du donneur augmente son activité tout de suite après l’opération, ce qui compense le prélèvement : la quantité de globules produite n’est donc pas diminuée.

Le don de sang  de cordon

Retrouvez tous les renseignements sur ce site: www.sangdecordon.org

LE DON DE MOELLE OSSEUSE EN 2009

     En 2009, grâce aux campagnes d’information et de mobilisation organisées par l’agence de biomédecine en faveur du don de moelle osseuse, le fichier des donneurs volontaires s’est enrichi de 12.031 nouveaux donneurs (en majorité ˂40 ans). Le RFGM (Registre France Greffe de Moelle) dépasse     176.000 donneurs et progresse vers l’objectif de 240.000 donneurs.

     L’amélioration du nouveau typage des nouveaux et anciens donneurs permet de les solliciter davantage et d’augmenter le nombre de donneurs nationaux. Cela permet également de mieux positionner le registre français au niveau national et international.

     Plusieurs outils ont été mis en place pour améliorer la traçabilité des donneurs:

     – Un site dondemoelleosseuse.fr avec un espace sécurisé pour les donneurs. En 3 mois, plus de 6 000 modifications en ligne de coordonnées ont été transmises.

     - Le bulletin annuel de liaison du RFGM; par ce bulletin, on peut mettre à jour le fichier et donc optimiser sa fiabilité (identification des donneurs ayant déménagés ou perdus de vue). Fin 2008, 8 108 changements d’adresse ont pu être traités et corrigés et 3 609 donneurs n’habitant plus à l’adresse indiquée ont pu être identifiés et recherchés.

A propos des donneurs

     14 millions de donneurs sont répertoriés dans le monde.

     Depuis 2007, le nombre d’allogreffes non apparentées réalisées en France est supérieur au nombre d’allogreffes apparentées. Ceci est dû à l’augmentation ces dernières années des allogreffes de cellules souches périphériques, voire de cellules issues du sang placentaire (type de greffe stable en 2009).

     L’objectif du plan greffe est de 10 000 nouveaux donneurs nets par an jusqu’en 2015. En 2009, le nombre de nouveaux donneurs (en nombre absolu) inscrits a été de 12 599 (18 031 nouvelles inscriptions et 5432 annulations). Raisons d’annulation: décès, raison médicale, perdu de vue, raison personnelle, limite d’âge (53,7%), déménagement vers l’étranger, autre.

     Au niveau du Languedoc Roussillon: fin 2009, il y avait 7964 donneurs inscrits pour une population de 2 617 605 habitants. En 2009, il y a eu 928 nouveaux inscrits (contre 418 en 2008).

     Au niveau mondial, le Registre FGM occupe la 16e place parmi les 76 registres répertoriés. Néanmoins, elle occupe la 9e place pour le pourcentage des donneurs prélevés.

     A titre indicatif, nombre total de donneurs inscrits dans quelques pays: Allemagne: 3 721 273 (4840 prélevés), Italie: 329 737 (171 prélevés), Espagne: 80 314, Royaume Uni: 773 842 (535 prélevés), Portugal: 182 445 (55 prélevés).

Evolution des donneurs selon l’âge et le sexe

     Le nombre de femmes reste supérieur, quel que soit l’âge, à celui des hommes. On constate néanmoins un rajeunissement. L’âge moyen est de 41,8 ans (40,9 pour les femmes/43,3 pour les hommes); il était de 42,6 en 2005.

     Cependant un plus grand nombre se trouve dans la tranche d’âge 55-60 ans, ce qui augmente le nombre de donneurs à retirer à 60 ans. Dans les 10 ans à venir, 43 674 donneurs seront retirés du registre pour limite d’âge. Il est donc important de les remplacer par des donneurs de moins de 40 ans.

     Sur les 18 031 inscrits en 2009, 11 379 sont des femmes et 6 652 sont des hommes (63,1% contre 36,9%).

     L’âge moyen des donneurs inscrits en 2009 est de 34,2 ans pour les hommes et 32,1 ans pour les femmes.

A propos des patients

     En 2009, il y a eu 231 donneurs prélevés (146 pour des donneurs nationaux et 85 pour des donneurs internationaux). En Languedoc Roussillon, 6 donneurs ont été prélevés (3 pour des patients nationaux et 3 pour des patients internationaux). 

666

666

666

666

666

666

Laisser un commentaire

 

hrenufet |
ani-blog |
Association MASTERIMA et Cie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association "Les 40/60"
| Ensemble pour le Val de Metz
| mjcpange